Bruit et qualité de l'air avec un climatiseur

Les fabricants de climatiseurs disposent de deux modes d'action pour améliorer l'ambiance sonore produite par leurs appareils : la réduction du niveau de pression acoustique et la sculpture de l'image sonore. Deux méthodes qui font appel à des critères objectifs et subjectifs de la perception du son.

Le contrôle du niveau sonore, au même titre que la maîtrise de la sécurité et la protection de l'environnement, est l'une des principales exigences du public concernant l'équipement de climatisation. L'annuaire Eurovent, qui répertorie les principales caractéristiques des climatiseurs certifiés, est une source d'informations utiles pour les prescripteurs, voire pour le futur acquéreur, notamment pour connaître les performances acoustiques des produits. Il convient d'être vigilant quant au niveau sonore de ces appareils équipés d'un ventilateur car la pression acoustique enregistrée à proximité des unités peut varier du simple au double - de 20 à 50 dB(A) - selon les équipements. Pour autant, le nombre de décibels suffit-il à qualifier le bruit émis ? Non, bien entendu. Des sons à peine audibles peuvent être considérés comme très dérangeants, alors que des bruits plus forts sont mieux supportés et admis. Dans le langage des ingénieurs et chercheurs qui étudient cet aspect en laboratoire, on parle d'image sonore, d'acoustique subjective ou encore de « psychoacoustique ». Il ne s'agit pas de remplacer l'acoustique physique et physiologique, mais bien de la compléter par une approche différente.